Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
elmouja- la vague

La crise et la marine marchande

6 Février 2010 , Rédigé par Gildon Publié dans #Au delà des mers



  Nous le savons tous, l'Algérie dispose d'une cagnotte de plus de 200 milliards de $, mais on ajoute malheureusement à ce chiffre cette mention "200 milliards  de $ soit 5 années d'importation". quel gabegie, l'Algérie reste eternellement nouri par son pétrole mais jusqu'à quand. 20 ans pour les pessimistes ou  30 pour les plus, optimistes du régime et après ??????


  La crise économique que vit le monde entier ne fais pas que des malheureux à l'image de certains pays  à la limite de la banqueroute comme l'Islande, La Grece ou encore la Hongrie, elle a donné aussi une occasion en or à d'autres de s'enrichir d'une manière spectaculaire.

 L'Algérie pouvait pratiquement doubler sa cagnotte en devises étant donné  vu la chute des prix d'une grande majorité des produits importes en Algerie et surtout le manque de liquidité de beaucoup d'entreprises de renommées mondiales fautes de crédits.
Mais les décideurs préfèrent ramer encore dans la médiocrité comme les fameuses réserves de céréales que l'Algérie à importés en 2007 lorsque commence le prix du blé depassait les 300 $/T pour le blé tendre et 450 $/ t pour le blé dur, aujourd'hui les cours du blé tendre ne dépassent guerre les 150 $ au départ des ports français.

 Dans d'autres secteurs aussi les occasions sont là, comme l'automobile ou l'Algérie a rater une occasion en or de racheter la marque suédoise Saab , vendue pour 400 millions de $ à des néerlandais, sachant que les algériens importent en moyenne 200 000 véhicules neufs par an pour une facture qui avoisine les 1.2 milliards de $.

 Pour le sujet qui nous intéresse surtout, les occasions dans le monde maritime sont  présentes et en abondance même,selon les experts du cabinet maritime anglais Clarkson PLC, seulement 28.8 millions de tonnes en port en lourd  des navires ( DWT) ont été commandé dans le monde en 2009, des miettes par rapport à 2007  on les bons de commandes des différends chantiers navals dans le monde affichaient  272 millions DWT. les chantiers navals de Saint Nazaire par exemple sont en chômage partiels, les banques mondiales ne pretent plus.

Lorsque la crise a touché l'industrie maritime en octobre 2008, la construction navale internationale bénéficiait d'un solide carnet de commandes s'étalant jusqu'en 2012 avec des cales quasiment occupées à leur maximum. Les chantiers ont fait le plein de commandes auprès des armateurs opérateurs ou fréteurs. En mars 2009, 10 500 navires étaient en commande. La crise signifie d'abord l'arrêt total des commandes nouvelles (-95% de baisse en mai 2009, -78% en Chine) mais les livraisons continuent et les chantiers refusent que les armateurs ne prennent pas livraison de leurs commandes (partiellement payées).
 Sachant que l'Algerie paie cash 90% de ses achats, le calcul, est vite fait  On peut negocié l'acquisition d'une nouvelle flotte de marine marchande nationale à moitié prix.
Voici quelques exemples des prix de navires aujourd'hui

  • 10 millions de $ (le prix d'une chipa à Sonaflen !) pour le prix de construction d'un cargo de 12 500 T tay-son-1-sm.jpgdans les chantiers Vinashin HaLong au Vietnam. ( de dimensions proches des fameux Bechar, Bel Abbes, Bouira, Biskra, Ghadames ou encore Kassantina, 136.4 x 20.2 ). en photo le Ta Son en construction au Vietnam


  • seacargo_lng_roro_thumb.jpg
  • Pour les roro le constructeur indien Baharati offre des rouliers au GNL de quoi interessé l'Algérie, le premier roulier qui va carburer au gnl sera livré pour la mi 2010 aux norvegiens de Sea Cargo AS, d'un cout moyen de 40 millions de $, soit pratiquement le même prix d'un roulier traditionnal d'avant la crise,mais surtout une grande economie d'energie,moins de pollution et une longevité accrue. Ce chantier offre des rouliers de 5 600dwt pour une longueur de 132.8. M






  •  D'autres navires ont vu leurs prix chutaient jusqu'à 70%, un vraquier de tyepe cpesize (80 000 t ) avant la crise on l'affrété à + de 200 000 $ la journée, son prix neuf avoisine les 150 millions $, aujourd'hui on peut le choisir dans les meilleurs chantiers pour le prix de 30 millions $, de quoi acheter aussi 3 nouveaux El Hadjar.

  • Pour les porte Conteneurs la grande idée aujourd'hui est de payer cash les commandes laissées à l'abondon par des dizaines d'armateurs faute de credits, ainsi le français CMA-CGM ne sait pas quoi faire d'une commande 49 navires surtout des port- conteneurs commandés en 2007 aupres des Chantiers sud coréeens



Quelques bilans des grandes compagnies maritimes en 2009
  • En Belgique, selon le journal de l'économie "l'Echo", La Compagnie Maritime Belge (CMB) affiche un résultat consolidé de 119 millions d'euros au terme de 2009, contre 212 millions en 2008.
    Le chiffre d'affaires a lui chuté d'un peu moins de 15% pour s'établir à 411 millions d'euros sur l'année. 
  • Toujours en Belgique et de la même source " L'Echo" les chiffres sont plus roses  pour le deuxième groupe maritime Exmar qui a  bouclé l'exercice 2009 sur un bénéfice de 43,5 millions de dollars - soit 1,26 dollar par action - contre une perte de plus de 62 millions en 2008. Ce résultat a été dopé par le résultat financier, dont 54,6 millions de dollars sont du profit non-réalisé qui ne représente pas de cash. Sans cet élément, Exmar affiche une perte consolidée de 11,1 millions de dollars au titre de 2009.
Ces deux  compagnies ont géré à des periodes différentes le "Methania", l'un des plus grands méthaniers au monde qui  a passé plus de 15 ans entre Arzew et le terminal belge de Zeebruge.
METHANIA.jpg
 La Belgique est n°17 au classement mondial des nations maritimes. 203 bâtiments d’un tonnage de 11,5 millions de tonnes naviguent sous pavillon belge. Cette croissance résulte en grande partie d’une mesure fiscale favorable aux compagnies maritimes.

Ces 203 navires incluent des navires marchands, des remorqueurs et des dragueurs. De plus en plus de compagnies maritimes choisissent de battre pavillon belge en raison de la législation fiscale avantageuse adoptée en 2002 et 2004.

Aujourd'hui, 51 % de la flotte marchande belge naviguent sous pavillon belge. La flotte belge fait, à présent, une fois et demi la taille de la flotte néerlandaise et deux fois celle de la France. Cette information a été communiquée par l'Union Royale des Armateurs belges (rapporté par le journal De Tijd).

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article