Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
elmouja- la vague

Un navire coule à Ténès

16 Décembre 2009 , Rédigé par Gildon Publié dans #Des Navires et des Hommes


Encore une rade du littoral algérien qui  fait endeuiller le monde maritime

Voici une video de l'epave



 
Port de Ténès : Un bateau togolais échoue, deux morts et six disparus

Un navire de marchandises battant pavillon togolais a percuté, hier à 5h, un mur de protection du port de Ténès, faisant deux morts, six disparus et un blessé parmi les membres d’équipage de différentes nationalités (libanaise, égyptienne, syrienne et hindoue).


Karim-j.jpg

Le seul rescapé, un Égyptien, se trouve à l’hôpital de Ténès mais ses jours ne sont pas en danger, selon une source médicale. « Fortement traumatisé, il ne peut parler », nous a-t-on indiqué à l’hôpital. Deux corps non identifiés ont pu être repêchés hier, entre 9h et 10h, par les plongeurs de la Protection civile, qui sont à pied d’œuvre pour retrouver les six disparus.Les gestionnaires du port mettent en cause « le vent violent et les grosses vagues qui ont affecté la façade maritime cette nuit-là ». Selon des informations concordantes, le navire de 87 mètres était vide et attendait son tour pour accoster et charger une marchandise de déchets ferreux. « Il y avait trois navires avant lui au quai et nous avons demandé à son équipage de rester en rade jusqu’à l’achèvement de l’opération déchargement de leurs produits respectifs. Devant la houle qui devenait très menaçante, le navire a dû effectuer plusieurs navettes pour garder son équilibre. Il a même essayé de se diriger vers une zone d’abri, du côté de Tipaza, mais il n’a pu poursuivre son chemin à cause du déferlement des vagues », nous a indiqué un cadre de l’entreprise portuaire de Ténès.

C’est vers minuit que les choses se sont gâtées et l’équipage, sentant le danger, a dû émettre un appel de détresse pour une assistance d’urgence. Il n’a pas reçu l’aide sollicitée et l’irréparable est arrivé le matin, à 5h. Le navire s’est détaché brusquement et s’en est allé percuter violemment un mur de protection longeant le quai, juste à côté de l’accès principal du port commercial. La cabine de pilotage a été littéralement arrachée et s’est échouée non loin de là, alors que le reste du bâtiment est complètement endommagé et en partie immergé. Le seul rescapé de l’équipage a été éjecté sur le rocher, tandis que ses compagnons ont été engloutis par la mer en voulant sauter sur le radeau de sauvetage. Les opérations de recherches n’ont abouti à aucun résultat malgré les moyens déployés par les services de la Protection civile.

Les circonstances de la catastrophe font l’objet d’une vive polémique et déjà les critiques se font entendre quant aux mesures prises par les autorités portuaires pour prévenir ou éviter de tels accidents, surtout après un BMS des services de la météo, comme c’est le cas pour cette affaire. Le PDG de l’Entreprise portuaire de Ténès dit n’avoir pas reçu de SOS, mais juste un appel pour l’envoi d’un remorqueur qui, d’après lui, ne pouvait effectuer cette mission en raison des « vagues immenses qui atteignaient huit mètres ». Pour sa part, le représentant de l’armateur est formel : « Le commandant du navire a bien émis un bulletin de détresse auprès de la capitainerie du port de Ténès à minuit et avait sollicité l’assistance des services concernés. » Il révèle aussi que le navire, qui est arrivé le 9 décembre à Ténès, aurait dû être chargé dimanche dernier, mais cela n’a pas été fait pour des raisons qu’il dit ignorer.

Toujours est-il que le ministre des Transports, Amar Tou, présent hier sur les lieux, a ordonné une enquête pour faire la lumière sur ce drame. L’on apprend que le parquet général s’est d’ores et déjà saisi de l’affaire et a ouvert une information judiciaire.

Par A. Yechkour dans El Watan du 16/12/2009




Amar Tou ordonne l’ouverture d’une enquête

Le ministre des Transports, Amar Tou, a demandé l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes du naufrage, hier matin au port de Ténès (Chlef), du navire togolais, le Karim Junior.



En se rendant sur place quelques heures après l’accident, le ministre a insisté sur la nécessité du respect des normes de navigation. « Les armateurs devront se conformer aux normes de navigation internationale afin de garantir la sécurité de la navigation maritime », a-t-il déclaré. Selon les explications fournies au ministre par le directeur du port, le cargo était arrivé vide à Ténès le 9 décembre et se trouvait depuis en rade, en attendant l’autorisation d’accoster pour le chargement de déchets ferreux. « Cependant, l’équipage de ce navire, vieux de 30 ans, a jugé nécessaire de rejoindre le port malgré la mauvaise météo. Dans sa tentative d’accostage, le navire a été détourné de sa trajectoire par les grosses vagues et les fortes rafales de vent avant de heurter violemment le mur de protection de la passe principale du port », explique-t-on.

Sous la violence du choc, la coque du bateau s’est brisée en deux, la cabine de pilotage a sombré dans les profondeurs de la mer alors que la cale vide continuait de flotter. Selon les responsables du port, l’équipage du bateau « n’a émis aucun appel au secours ni à la station radio du port de Ténès ni à celle d’Alger ». L’équipage du cargo était composé de neuf membres de nationalités différentes : quatre Syriens, deux Indiens, deux égyptiens et un Libanais.

Par R. N.


KJ.jpg                                                            Voici le Karim Junior quelques mois avant cette catastrophe

C'est un petit cargo long de 87 m et large de 12 m appartenant construit en 1977et bâtant pavillon de la République de Togolais appartenant réellement  à des grecs, il ya un an il portait le nom de Baltic Breeze au pavillon du Panama.
Au moi de novembre il était à Djendjen.

  •  L'exportation des métaux ferreux et non ferreux ainsi que la ferrailles suscite pas mal de convoitise, c'est un domaine tres portable en Algérie et le port de Ténès est devenu une plaque tournante pour le trafic de ce fret avec la tonne qui se négocie  au alentour de 300 $  le calcul est vite fait.
  •  En 2006 248 285 T de ce produit ont été exportés de ce port contre  154 4 T l'année  2007 principalement vers la Turquie et l'Italie.
  • On recense plus  de 320  exportateurs de déchets ferreux et non ferreux, dont 40 exportateurs étrangers ( syriens, libanais, égyptiens, jordaniens, turcs, italiens)
  • En 2006 déja El Hachmei Djaâboub ministre du commerce avait interdit l'exportation de cette matière.

  • Selon les exportateurs, 40 milles ouvriers dans le secteur de collection et récupération des déchets ferreux.
  • Selon les dernières statistiques, l’exportation des déchets ferreux et non ferreux vers l’Europe, le Moyen Orient et l’Asie s’effectue à partir de 11 ports en Algérie, avec une moyenne d’environ 200 milles tonnes annuellement.
  • Le taux le plus élevé a été enregistré au port de Dellys (Boumerdes), où le chargement de 300 tonnes s’effectue quotidiennement, le port de Tenès (Chlef) arrive en deuxième position, puis le port d’Arzew (Oran).Autour de ce naufrage:

  • 5 ans après la terrible catastrophe du port d'Alger qui a coûte la vie à l'équipage du Bechar, l'Algérie a fait appel encore une fois à un hélicopter de sauvetage de la marine espagnole, la leçon n'a pas été retenu. on annonce pourtant un contrat signé en novembre 2007 pour la livraison de six hélicoptères  AW101.On les attends toujours.



Quelques catastrophes de ce mois de décembre
  • Au large du Liban, le transporteur d'animaux " Dany F" a coulé après une violente tempête, on dénombre 11 morts et 32 disparus. A l'origine ce navire battant  de Panama était un ancien car ferry, construit en 1975 mais transformé en 1995 pour le transport d'animaux. Il venait de Montevideo et faisait route vers Tartous en Syrie avec  à son bord 80 membres d'équipage, 10 224 moutons et 17 932 bovins MV_Danny_F_II.JPG
 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Samir 07/11/2016 11:40

Et oui le bon vieux temps jai travaille comme novice.sur les ibn 1977 78 80 yahsra azman ghaad gher adaban

boualem 17/12/2009 09:46


Salam oualikoum
Surement un autre navire poubelle que les affaires maritimes ne peuvent ni bloquer,ni interdire l accés au port vu les gens qui sont derriere le business des déchets ferreux,des milliardes de
dollars chaque année.
Tous ces marins morts,rabbi yerhamhoum,sinceres condoléances pour leurs familles lointaines.
Si on appliquait le dixieme de ce qui est appliqué aux navires  Algérins en Europe,70 pour cent des navires seront interdits d accostage en Algérie surtout ceux déstinés a ce genre de
transport ce sont des cerceuils flottants,faites un tour au port d Annabaet de Ténes...
Enfin la nationalité des morts ne risquent pas de provoquer un scandale,je me comprends
A bientot


salombo 12/01/2015 21:10

il faur mettre des moyens d alerte, et les secours,et le sauvetage a outre mer,et surtout l elecoptere de sauvetage d urgence,et des exercises d entrainement a tenes et sur tous le teritoire nationnal,bonne continuation --

farid ouaaz 12/01/2015 20:59

salam alaikoum , toujours le meme cas,des navires en detreses et les secours n intervienne pas a temps c est honteux pour notre pays.

Gildon 17/12/2009 13:25


La suite de l'article confirmera encore plus ton commentaire. merci Boualem