Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
elmouja- la vague

Les nouvelles de la mer

5 Décembre 2009 , Rédigé par Gildon Publié dans #Pied à terre


 Un petit pause dans le mal de terre, plongeons vite dans l'eau. Voici quelques dépêches relatives au monde maritime d'ici et là.

Dans El Moudjahid de la semaine dernière, le fameux navire Arctic Sea fait encore la une des journaux.

Faisant l’objet d’une saisie conservatoire, l’Arctic Sea bloqué au port de Béjaia

image

D'une longueur de 98 mètres et battant pavillon maltais (un pavillon de «complaisance»?, laisse-t-on entendre), ce “général cargo” dispose de quatorze (14) hommes d'équipage (des Russes) à son bord et a transporté 3.820 tonnes de bois à son arrivée en rade de Bejaia le samedi 14 novembre 2009. Pour rappel, ce navire dont les «tribulations marines» forcées ont fait couler beaucoup d'encre et généré bien des conjectures à propos, notamment, de ses déboires, a fait l'objet d'un «acte de piraterie» au large des côtes suédoises dans le courant du mois de juillet 2009 avant d'être retrouvé à quelques 300 milles (environ 600 km) au large des îles du Cap Vert d'où il a été remorqué par des unités de la marine nationale russe jusqu'en Méditerranée, plus précisément à Gibraltar.
Cependant, ce navire ne réunissant pas «à l'époque», c'est-à-dire en octobre (2009), les conditions minimales de navigation requises par la réglementation s'est vu signifier , par les autorités portuaires et. maritimes nationales, l'interdiction d'accès à tous les ports d'Algérie. L'Arctic sea a dû, par conséquent, se dérouter sur le port de La Valette, à Malte, afin d'y subir les réparations de ses avaries et s’armer convenablement Ce n'est donc qu'une fois toutes ces opérations effectuées (réparations et armement) qu'il (le navire) a enfin pu faire route de nouveau sur Bejaia (Algérie ) où il est arrivé le samedi 14 novembre 2009 à 00 h 45.
Le même jour, il a aussitôt été inspecté, en rade (!), par les gardes-côtes (Port State Control ). le contrôle ayant porté sur 1' ensemble de l'état technique du cargo, fait-on savoir. «...Il convient de souligner, par ailleurs, que le Commissariat à l'énergie nucléaire relevant du ministère de l'Energie et des Mines a été saisi à l'effet d'effectuer un contrôle de la radioactivité à bord de ce navire en préalable à son entrée au port».
A l'issue des résultats de ces différents contrôles, l'autorisation d'accostage a été accordée par l'autorité maritime nationale le 19 novembre 2009. Mais n'a, en fait, accosté que le lundi 23 novembre 2009, au poste 13, avant de rejoindre le poste 12 où il se trouve encore et pour cause : Ayant fini ses opérations de déchargement de sa cargaison le mercredi 25 novembre 2009, le même jour I' « Arctic sea » a fait l'objet d'une saisie conservatoire, à l'initiative de l'un des trois importateurs (nationaux) de bois, réclamant « dommages et intérêts », «L'armateur (du nom de Sochart - Russie ), informe de la situation, des négociations sont en cours entre les parties concernées et on attend la main levée», nous apprend M. Tahar Bensaâda, le commandant du port de Bejaia. Qui ajoute : «Cet état de fait pénalise lourdement le port d'autant que 19 navires sont, jusqu'à aujourd’hui (dimanche 29 novembre), en attente de la libération l'un poste à quai au port, un manque à gagner!».
Déjà que le cargo Labici-B, saisi et vainement mis aux enchères publiques continue de pourrir doucement mais sûrement dans ce même port, occupant, de surcroît, un poste au détriment de la gestion des opérations portuaires chaque mètre de quai s'avérant, plus que jamais, aussi précieux que vital.
Mustapha BENSAD

 

 

Dans El Watan du 28 octobre 2009

Transport maritime : Plus de 17 000 passagers depuis janvier 2009

Plus de 17 000 voyageurs et près de 6 000 véhicules ont transité durant les 9 premiers mois de l’année en cours par la gare maritime du port de Annaba, soit une légère augmentation par rapport à l’exercice précédent.


Il faut souligner que l’amélioration des conditions d’accueil à la faveur de la mise en place de commodités, réalisées ces dernières années, explique cette tendance à choisir la destination du port de Annaba comme escale privilégiée pour les passagers en provenance de l’étranger. S’agissant du trafic de marchandises, il a été enregistré, durant cette même période, plus de 3 millions de tonnes de produits, soit une progression de 35 % par rapport à l’année écoulée. Ces chiffres confortent la démarche des responsables du port de Annaba visant à récupérer une partie des clients potentiels et attirer d’autres en axant les efforts sur l’amélioration des prestations de service, et partant leur extension. Il a été relevé dans ce cadre l’ouverture de nouvelles dessertes de transport maritime à l’attention des importateurs. Cela a contribué à l’augmentation du volume de marchandises importées, estimées à quelque 2 millions de tonnes, tandis que celles destinées à l’export ont dépassé le niveau de 1 million de tonnes, toujours durant la même période.

Longtemps sous-exploité faute de clients, le terminal à conteneurs a connu un regain de dynamisme puisque l’on fait état du traitement de 200 000 t de marchandises, représentant la charge de près de 40 000 conteneurs, contre 29 000 entre janvier et septembre 2008, où il a été enregistré une diminution de 17% ayant touché les matières premières importées telles le fer, le phosphate et le charbon. Desservant les wilayas de l’arrière-pays et occupant la première position à l’échelle nationale dans le domaine de l’exportation hors hydrocarbures, le port de Annaba est doté de moyens et équipements conséquents lui permettant de rayonner au double plan économique et commercial sur l’ensemble des régions de l’Est du pays. Il dispose notamment de 23 quais qui assurent une rotation sans contraintes des navires entrant et sortant.

Par Tewfiq G.

 Dans La Tribune du 30 novembre 2009

Réorientation des activités portuaires

Plus de 14 000 véhicules réceptionnés au port de Djendjen en deux mois

Synthèse de Samira Imadalou

En deux mois d’application, la mesure portant réorientation des activités portuaires a permis la réception de 14 171 véhicules au port de Djendjen. L’opération s’est déroulée dans de «bonnes conditions», selon le P-DG de l’Entreprise portuaire de Jijel (EPD), M. Mohamed Athmane, cité hier par l’APS. Au total, ce sont  27 navires en provenance d’Espagne, de France et de pays asiatiques qui ont accosté au port de Djendjen avec à leur bord 9 647 véhicules durant le mois d’octobre et 4 524 véhicules en novembre.  Les opérations se poursuivent sans discontinuer. D’ailleurs, durant le  deuxième jour de l’Aïd El Adha, le port a réussi à traiter deux car carriers simultanément. Ce qui constitue, selon le premier responsable de ce port  une «prouesse» à inscrire à l’actif du port qui connaît un net regain d’activité avec des enlèvements qui se font «sans problème». Et ce, à la «grande satisfaction des différents concessionnaires qui n’ont rencontré aucune difficulté liée aux formalités douanières et de police», a tenu à souligner à l’APS M. Mohamed Athmane. Par ailleurs, à noter que le séjour moyen d’un car carrier à l’intérieur du port est de  4 h 15 min. Aussi, soixante chauffeurs, répartis entre deux shifts (7 h-13 h et 13 h-19 h) effectuent régulièrement un «travail de fourmi» entre le pont ou la cale du car carrier et le terre-plein où sont entreposés les véhicules. 
Outre cela, les commandants de car carriers qui ont mouillé au port de Djendjen ont fait part de leur satisfaction quant aux conditions d’entrée et de sortie des navires ainsi que de la rapidité du traitement des cargaisons.
Le bilan de l’EPJ vient ainsi mettre fin aux appréhensions des concessionnaires qui ont, dès l’annonce de la mesure gouvernementale visant  réorganiser le trafic maritime, demandé la prorogation du délai. Leurs craintes se sont finalement avérées infondées comme c’est le cas pour les mesures de la loi de finances complémentaire.
Avec ces résultats, ce port, qui ambitionne de constituer une liaison entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient, connaît un trafic sans précédent avec notamment la réception de plusieurs kilomètres de conduites en acier de gros diamètre pour, entre autres, des projets de développement hydraulique. 
Le trafic projeté à l’horizon 2015 est de deux millions d’EVP (équivalent vingt pieds) avec la concrétisation du projet de développement d’un terminal de transbordement, ont indiqué les responsables de l’entreprise portuaire.
Dernier port commercial construit en Algérie, Djendjen dispose de grands espaces, de postes à quai allant jusqu’à 18,20 m de tirant d’eau et de bretelles ferroviaires reliées au réseau national de chemin de fer.

 

 

Voici la meilleur l'agence de presse chinoise  du 04 décembre 2009, nous apprend que 46 ans après l'indépendance , l'Algérie et la Tunisie délimite leurs frontières martime

La Tunisie et l’Algérie signent un accord portant délimitation des frontières maritimes

 

(Xinhua) — La Tunisie et l’Algérie ont signé jeudi à Tunis un accord bilatérale portant délimitation des frontières maritimes entre les deux pays.

Selon l’agence de presse officielle tunisienne TAP, cette convention a été paraphée par le ministre tunisien des Affaires étrangères Abdelwaheb Abdallah et son homologue algérien Mourad Medelci, en marge d’une séance de travail tuniso-algérienne tenue, au siège du ministère tunisien des Affaires étrangères.

Selon la TAP, le ministre tunisien des AE ,a indiqué à cette occasion, que la signature de cette convention ne peut que traduire les liens étroits établis entre la Tunisie et l’Algérie et l’évolution significative que connaissent les relations tuniso- algériennes dans les différents domaines.

Ces relations, a-t-il ajouté, inaugurent, à la faveur de la convention sur la délimitation des frontières maritimes, une nouvelle phase qui aura indéniablement le meilleur impact sur l’impulsion et l’accélération des échanges économiques bilatéraux, ainsi que sur le processus d’édification maghrébine.

Pour sa part, le ministre algérien des AE a fait observer que la signature de la convention sur les frontières maritimes constitue un témoignage éloquent des étroits liens de confiance entre la Tunisie et l’Algérie, mettant l’accent sur l’impact positif de cette convention sur l’évolution des relations bilatérales et maghrébines.

Auparavant, les deux ministres tunisien et algérien avaient eu un entretien qui a donné lieu à un tour d’horizon des différents volets de la coopération bilatérale et des perspectives de son développement.

L’entretien a été, également, l’occasion de réaffirmer la volonté de parfaire la préparation de la réunion de haut niveau prévue au début de l’année prochaine.

Cette rencontre, ajoute la TAP, a, aussi porté, sur plusieurs questions d’intérêt commun relatives au processus d’édification maghrébine, aux relations euro-méditerranéennes et à l’action arabe commune, ainsi que sur les moyens à même de soutenir la juste cause palestinienne, questions qui font l’objet d’une convergence de vues entre les deux parties.

 

 

 

Algérie: fin de la 1ère étape du programme de cartographie marine "SPIRAL"

ALGER - La première phase du programme de recherche scientifique "SPIRAL" portant sur l'élaboration d'une cartographie sous-marine de la côte algérienne, s'est achevée mardi au port d'Oran (Ouest) à bord du navire océanographique français Atalante, a rapporté l'agence APS.

Depuis son lancement en septembre, ce programme "SPIRAL" (Sismique profonde et investigation régionale du Nord de l'Algérie) a permis la récolte de données de géophysique marine et terrestre qui seront maintenant analysées durant trois à quatre ans, a indiqué Mokhtar Sellami, un responsable de la Direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (DG-RSDT).

SPIRAL, auquel participent également côté algérien le Centre de recherche astronomique, astrophysique et géophysique (CRAAG) et le groupe pétrolier "Sonatrach", implique aussi notamment l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) et le Centre français de la recherche scientifique (CNRS).

Les profondeurs de la côte algérienne ont été sondées pour une "meilleure compréhension des structures géologiques et une plus grande maîtrise du risque sismique", afin de permettre une meilleure prévention avec des indications précises sur les zones les plus exposées, selon le Directeur général du CRAAG, Yelles Abdelkrim, cité par APS.

Un impact "important" est également escompté pour la définition des potentiels pétroliers de la partie Nord du pays, au profit de la Sonatrach qui envisage des travaux de prospection en offshore, ajoute-t-on de même source.

Des chercheurs algériens et français se réuniront les 17 et 18 novembre au siège parisien de l'Ifremer pour définir le programme d'analyses des données recueillies, a précisé David Graindorge, chef de mission et membre de l'Université de Bretagne occidentale (UBO), partie prenante au projet.

(©AFP / 10 novembre 2009 19h07)

 

Au niveau international, en France un navire part à la retraite, ils sont des milliers à le faire chaque année, mais celui il est un peu spécial, spécial certainement aux oreilles des anciens de l'ISM Bou Ismail qui ont entendu ce nom maintes fois répétés par Monsieu Abel Abadie ancien prof de l'ISM.
La Jeanne d'Arc appareille de Brest pour sa dernière mission

Le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc en mer
crédits : MARINE NATIONALE


01/12/2009

C'est aujourd'hui que le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc, en service depuis 1964, appareille pour sa dernière campagne avec les officiers-élèves. A l'issue de cette ultime mission, qui va notamment la conduire en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Amérique du nord, le navire école rejoindra Brest en mai prochain, avant d'être désarmé. A partir de mars 2010, la succession du groupe école sera assuré par un Bâtiment de Projection et de Commandement. Premier à effectuer cette mission, le BPC Tonnerre, accompagné de la frégate Georges Leygues, embarquera les élèves officiers. La Jeanne sera, quant à elle, accompagnée par la frégate légère furtive Courbet.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article