Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
elmouja- la vague

Le sauvetage maritime

10 Mai 2013 , Rédigé par Gildon

  Après la tragédie de Bechar du 16 novembre 2004 et qui a vu la mort de 16 de nos amis, l'Algérie a lancé un grand plan pour équiper le pays de moyens propres en assisatance et en sauvetage maritime. L'Algérie est aujourd'hui un acteur importatnt dans le sauvetage en méditerannée.

GCDZ.jpg

 

 Depuis cette tragédie l'Algérie a passé discrètement , il faut dire que le sauvetage est entièrement entre les mains des gardes cotes algériens, une commande de3 remorqueurs de haute mer de type UT515 CD, El Moundjid, El Moussif et El Moussanid.

 

Les gardes cotes algériens appelés officiellement Service National des Gardes cotes "SNGC" ont été crée en avril 1973, il viennent de fêter donc 50 ans de son existence.

  Le SNGC assure aujourd'hui différentes missions  de police maritime, d'administration maritime mais aussi des missions civiles telles que le sauvetage et l'assistance en mer.

A cet EL-MOUNDJID.jpgeffet en 2011, Le SNGC a effectué des contrôles sur 104.184 navires, dont 445 navires étrangers, contre 87.287 navires en 2010, ont permis d'enregistrer 1423 infractions.

Par ailleurs, 75 personnes, dont 1 marin étranger ont été secourues dans le cadre des opérations de sauvetage effectuées durant la même période.

 

 En 2012 , 6 hélicoptères Super Lynx 300 viennent de compléter la flotte  aérienne de sauvetage et d'assistance en mer.

helico-sar.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Enfin 21 patrouilleurs construits par le chantier français Ocea de Saint Nazaire ont été receptionnés entre 2010 et 2011.

 

 

Manoeuvres et exercices de sauvetage

  • Béjaia 06/05/2013

    Un exercice de simulation de sauvetage de l’équipage d’une embarcation au large des côtes de Bejaia a été organisé avec succès lundi par des unités navales relevant du groupement territorial des garde-côtes, avec pour objectif la mise à l’épreuve des moyens, l’organisation et l’alerte des différents modules d’interventions prévus pour ce cas d’espèce.

    Initié par le groupement territorial des garde-côtes, le scénario, mis en branle, s’est appuyé sur l’hypothèse d’un naufrage d’une embarcation en mer avec à son bord cinq marins en difficulté qu’il faut impérativement retrouver, secourir et ramener au sec.

    Dès la réception du message de détresse, des unités navales se sont dirigées sur les lieux pour leur venir en aide et les diriger sur les structures du port pour y recevoir les premiers soins.

    L’exercice qui a rassemblé l’ensemble des secteurs et acteurs concernés a été couronné de succès, favorisé, il est vrai, par une opération identique réelle, celle-là, survenue, il y a à peine quelques mois. Un sardinier et son équipage, en proie à une importante voie d’eau, “a été rapidement tiré d’affaire”, a-t-on précisé. (Aps)

 

  • le 11.04.13 Ghazaouet : les gardes-côtes testent le dispositif de sauvetage en mer Un plan de recherche et de sauvetage en mer a été testé avec succès, mercredi écoulé, au large de Ghazaouet, lors d’un exercice de simulation organisé par le groupement territorial des gardes-côtes dans le cadre du dispositif SAR (recherche et sauvetage en mer).

    Le plan a été enclenché suite à un appel de détresse reçu par la station radio Ghazaouet, émanant du sardinier Djebballah qui, selon le scénario établi, a heurté un rocher, lui causant une importante voie d’eau.
    Dès réception et confirmation de l’appel de détresse par les postes d’observation et d’un autre sardinier qui se trouvait dans les parages du lieu du sinistre, les éléments des gardes-côtes lancent l’opération de sauvetage. Deux vedettes ont aussitôt appareillé suivies de trois semi-rigides transportant des plongeurs et des enquêteurs en charge de déterminer les circonstances exactes ayant entraîné l’accident. Puis, c’était au tour du remorqueur de lever l’ancre et  de se diriger vers le lieu de l’accident.

    A terre, les services d’urgence médicale et les pompiers s’appliquent à organiser un dispositif médical pour la prise en charge des blessés et leur évacuation rapide vers l’hôpital. La coordination des mouvements de secours a permis d’évacuer  rapidement les 19 marins pêcheurs en détresse à bord de vedettes, au moment où le remorqueur a pris en charge le remorquage de leur embarcation jusqu’au port.
    Cet exercice de simulation, a souligné le commandant du GTGC, le lieutenant colonel Haddoud, vise à évaluer les capacités humaines et matérielles du GTGC de Ghazaouet. Il permet aussi de consolider la coordination entre l’ensemble des acteurs concernés par le SAR et développer les enquêtes nautiques pour améliorer les conditions de sécurité à bord des bateaux de pêche, toutes catégories confondues.                                        

    O. El Bachir

 

 

  Entrainement anti pollution

 

 

Quelques interventions  des SNGC:

 

  • Sauvetage d'un navire au large de Annaba

    Les garde-côtes de la façade marine Est ont réussi samedi à remorquer un navire battant pavillon des Bahamas vers le port de Annaba après avoir reçu un SOS, selon un communiqué de la cellule de communication des forces navales. Le Centre régional des opérations de surveillance et de sauvetage de Jijel (CROSS) a reçu samedi un SOS d'un porte-conteneurs (CMA CGM ORAN) battant pavillon des Bahamas en provenance de Tunis à destination de Annaba à 6 miles marins à l'Est de Ras al Hamra. Le CROSS a dépêché un canot de sauvetage, une vedette des garde-côtes et deux remorqueurs du port de Annaba pour secourir le navire.(11/12/2012)

  • Les forces navales au secours d’un marin d’un navire marchand battant pavillon italien:Un membre de l’équipage du navire marchand "ARDITA" battant pavillon italien en provenance de la Grèce, victime d’une crise cardiaque, a été secouru dimanche par les forces navales algériennes à 25 miles marins au large d’Alger.(26/11/2011)

    Les forces navales algériennes "ont réussi à sauver une vie humaine. Les unités de l’aviation navale spécialisées dans les opérations de recherche et de secours sont intervenues efficacement pour secourir un marin de nationalité grecque à 11h30 mn", a indiqué un communiqué de la direction de la communication, de l’information et de l’orientation au ministère de la Défense nationale.

    Le Centre national des opérations de surveillance et de sauvetage (CNOSS) a reçu un appel téléphonique du centre de coordination de la recherche et des secours Rome/Italie, signalant qu’un membre de l’équipage du navire avait eu une crise cardiaque nécessitant son évacuation. Une embarcation des gardes-côtes d’Alger a été dépêchée avec à son bord un médecin secouriste", a ajouté la même source.

    Un hélicoptère de recherche et de secours a été également dépêché sur les lieux. Le marin grec a été évacué au port d’Alger d’où il a été transféré à l’hôpital universitaire Mustapha Pacha par une équipe médicale de la protection civile, a conclu le communiqué.
  •   Côte Cherchelloise : deux marins pêcheurs sauvés

     

      Partis de leur port d’attache, Cherchell, les deux jeunes marins ont été retrouvés épuisés au large de Ténès.

     

    Quand Saïd, le raïs du chalutier, aperçut un petit point lumineux qui transperçait l’obscurité, il se rappela les propos de l’officier des gardes-côtes, qui lui avait indiqué une zone précise, n’ayant pas été bien balayée lors des opérations de recherche. Dans la nuit du 17 au 18 avril, précisément à 2h18 du matin, les deux jeunes marins pêcheurs, allongés dans leur embarcation de 5,20m, immatriculée CH5086, n’ont pas été réveillés ni par le bruit du moteur du chalutier ni par la lumière des projecteurs. Ils étaient épuisés par le stress, la fatigue et la faim.

    Le sauvetage de ces deux jeunes, âgés de 27 et 30 ans, a eu lieu à plus de 80 km au large de Ténès.
    L’information a rapidement fait le tour des villes côtières, allant d’Alger à Ténès. Les deux marins pêcheurs vivent des revenus des activités de leur petit métier. Chaque soir, ils partent à la pêche à l’espadon. Habituellement, ils regagnent leur port d’attache, Cherchell, le lendemain, en début de matinée. Dans la soirée du 15 avril, ils ont quitté le port de Cherchell, la mer était calme, la météo très favorable.

    Le brouillard persistant ne les a pas dissuadés. Le 16 avril, le contact téléphonique avec leurs proches est rompu. Un membre de la famille alerte les responsables du Groupement territorial des gardes-côtes de Cherchell. Aussitôt informé, le Centre national des opérations de surveillance et de sauvetage (Cnoss) de la Marine nationale engage une opération de recherche, en mobilisant les moyens aériens et maritimes des unités des gardes-côtes d’Alger, Cherchell et Ténès.

    Solidaires, les marins pêcheurs, à leur tour, se mobilisèrent dans les recherches aux côtés de la marine. Bien entendu, la visibilité très réduite avait compliqué considérablement les opérations de recherches. L’embarcation, dans laquelle se trouvaient les deux marins pêcheurs, naviguait au gré des courants, d’autant plus qu’il n’y avait plus de carburant, car les deux marins avaient perdu le sens de l’orientation. Embarqués à bord du chalutier commandé par Saïd, les deux hommes étaient encore dans un état physique très critique.

    Le chalutier regagna le port d’attache vers un peu plus de 10h (jeudi 18 avril à 12h14, ndlr), après avoir repêché Riad et Sayah. Les deux naufragés viennent d’échapper à la mort, alors qu’ils chaviraient dans les eaux internationales. Une semaine auparavant, les éléments du GTGC de Cherchell avaient réussi un sauvetage spectaculaire, au large de Gouraya, de six marins pêcheurs venus du port de Bouzedjar pour se rendre au port de Bouharoun. Les six naufragés se trouvaient à bord d’une embarcation de pêche de 9 m. Le moteur de leur barque était à l’arrêt. Ils se trouvaient à environ 17 km au large de Gouraya. (M'hamed Houaoura El Watan 20/04/2013)

  • Les forces navales ont procédé mardi soir au sauvetage d'un ressortissant grec à bord d'un navire marchand panaméen à huit (8) miles au nord de Jijel, en façade maritime Est, indique hier un communiqué du ministère de la Défense nationale. "L'hélicoptère de recherche et de sauvetage en mer des forces navales a réussi l'opération d'évacuation d'un ressortissant grec qui se trouvait sur un navire marchand battant pavillon panaméen +Lancelot+", relève la même source. "L'opération a eu lieu après la réception, par le Centre national des opérations de recherche et de sauvetage, d'un signal émis par le navire marchand, situé à huit (8) miles au nord de Jijel, concernant un ressortissant grec souffrant d'un problème cardiaque", a-t-on précisé. Après la réception de ce signal, l'hélicoptère de sauvetage s'est rendu au navire panaméen pour procéder à l'évacuation du marin grec vers la base navale de Jijel où le ressortissant a été transféré par les agents de la Protection civile à l'hôpital de Jijel Mohamed-Seddik-Benyahia, pour recevoir les soins nécessaires", souligne le communiqué. (El Moudjahid 05/12/2011
  • Mostaganem : Sauvetage de 33 candidats à l’émigration clandestine

     

    33 candidats à l’émigration clandestine ont  été secourus et le corps d’un jeune sans vie repêché, dans la nuit du dimanche à hier, au large de Mostaganem par les gardes-côtes, a-t-on appris de source  sécuritaire.  
     Selon la même source, deux barques de pêche équipées de deux moteurs  transportant 20 et 14 jeunes ont été interceptées à 2,5 miles au nord de Mostaganem. L’une des deux embarcations a chaviré suite à une grande vague au milieu d’une mer agitée.
    Les harraga originaires de Mostaganem et de ses environs ont embarqué de la plage Chaibia, dans la commune de Benabdelmalek- Ramdane et de l’embouchure de oued Chelif à l’est de Mostaganem, a-t-on ajouté.  Ils seront présentés devant le tribunal de Mostaganem pour émigration clandestine.(El Moudjahid 17/09/2012)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lyes 12/05/2013 00:18


c'est vrai que le service national des gardes côtes a la lourde tache du sauvetage en mer. Un plan national SAR  (Search and Rescue) est en train d'etre etabli avec tous les ministères
concernées. La première alerte est reçu au niveau des stations côtières de l'ANRM et en même temps au centre de secours de la région concernée et au centre national de secours et de sauvetage en
mer (CNOSS). L'alerte est reçu au niveau de la station côtière qui relie cette alerte sur le centre de sauvetage au moyen de fax ou tph. Mais le problème qui se pose actuellement est que je n'ai
jamais vu lors d'une opération de sauvetage et de secours que le personnel des stations côtières ai été évoqué. Un service noble de veiller sur la sécurité de la vie humaine et des biens en mer
par un service H24 sur tout le littoral algérien.


Le service natinal des gardes côtes ne lui manque qu'un personnel spécialisé dans le domaine des radiotélécommunications radiomaritime et ayant connaissance des conventions et recommandations
internationales de l'OMI et de l'UIT en ce domaine.