Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
elmouja- la vague

Détournement d'un navire algérien

2 Janvier 2011 , Rédigé par Gildon Publié dans #Au delà des mers

  

IBC: L'équipage du navire "MV Blida" est en "bonne santé"
ALGER- (APS 27/01/2011 ) -  Les membres de l'équipage du vraquier battant pavillon algérien MV BLIDA, qui a fait l'objet début janvier d'un acte de piraterie, sont "en bonne santé", a rassuré jeudi le DG de l'International Bulk Carriers (IBC), Nacereddine Mansouri, armateur du navire. "Les responsables de l'affréteur Leadarrow (bien Leadarrow) ont pu communiquer avec le commandant du navire qui a indiqué que les membres de l'équipage sont bonne santé", a affirmé à l'APS M. Mansouri. Il a précisé que les "contacts avec les pirates ont repris depuis trois jours", indiquant que l'affréteur, sur proposition de ses avocats et assureurs, a mis en place un conseil (cellule de crise) qui doit jouer le rôle d'interlocuteur avec les pirates. "Ce conseil a pris contact avec d'autres armateurs, dont leurs bateaux ont fait l'objet d'acte de piraterie, pour bénéficier de leurs expériences dans la gestion de la crise et comprendre le mode de communication des pirates", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

MV KHALED MUHIEDDINE K Pirated in the Arabian Sea

 

 khaled.jpg

AIN OUSSERA

  Une erreur de photo s'est glissé dans la dépêche, voici  le vrai Khaled Muhieddine à droite, ex Ain Oussera à gauche ( meci à Mnaouer).

(photos: shipspotting)

 


During the afternoon of 20 January, the bulk carrier MV KHALED MUHIEDDINE K was pirated in the North Arabian Sea approximately 330 nautical miles South East of the Omani coastal port of Salalah. 

 

 The vessel is Togo flagged and Syrian owned and has a deadweight of 24,022 tonnes.  Authorities were made aware of the attack when the master reported being fired upon with small arms and seeing pirates on board.  All contact with the vessel was then lost.

The MV KHALED MUHIEDDINE has a crew of 25 (22 Syrian and 3 Egyptian), had registered with MSC(HOA), was reporting to UKMTO and was on passage from Singapore to Hudaydah, in Yemen.( d'après  eu navflor)

Khaled Muhieddine est tout simplement l'ex "Ain Oussera", la tragedie des marins continue

 

 

 

 

 

 

12 jours après le piratage du navire Blida au large de la Somalie

Aucune demande n’a été formulée par les ravisseursmv-BLIDA.JPG

Depuis le 5 janvier dernier, aucun contact n’a été établi avec les ravisseurs somaliens qui retiennent le vraquier Blida, avec à son bord 27 membres d’équipage, dont 17 Algériens. Le navire est au large de la côte somalienne, à plus de 2000 km du lieu du rapt. Pour la première fois, les pirates ont utilisé des chalutiers de haute mer pour aller aussi loin à la recherche de navires otages…

Douze jours après la capture du vraquier Blida par des pirates somaliens au large du golfe d’Oman, aucune demande n’a été formulée par les ravisseurs. Le 5 janvier dernier, les pirates avaient pris attache par téléphone avec le patron de International Bulk Carriers (IBC), l’exploitant du navire, lequel a exigé de parler au commandant ukrainien du navire. «La discussion a tourné autour de l’état de santé des 27 membres d’équipage qui étaient à bord. A l’exception de quelques-uns, tous ont été autorisés à rassurer leurs familles, toujours à l’aide d’un téléphone remis par les ravisseurs pour un temps très court», a révélé le directeur général de IBC à Alger, Nasreddine Mansouri..... elwatan.com 13/01/11

 

 

 

 

 

Le commandant de l’opération Atalanta, Paddy O’Kennedy à Liberté
“Nous ne savons pas où se trouve exactement le MV Blida”
Par : Chafik Ben Guesmia 
On ne connaît ni le nombre de pirates ni la position du bateau MV Blida, le cargo algérien qui a été piraté par des Somaliens, le 1er janvier à quelque 200 km au sud-est du port Salalah d’Oman, avec à son bord 27 membres d’équipage, dont des Algériens, des Philippins et des Ukrainiens. Le commandant de l’opération Atalanta, Paddy O’Kennedy, porte-parole de la Force navale européenne pour la Somalie, une coalition navale, créé le 10 décembre 2008, pour protéger le Programme mondial d’aide humanitaire (WFP) à la Somalie, nous révèle un bilan pour le moins choquant.

Liberté : Quelle est la situation qui prévaut dans le golfe d’Aden et en Somalie concernant le piratage des bateaux ? 
Le commandant de l’opération Atalanta, Paddy O’Kennedy : Nous sommes très concernés par ce problème. En termes de chiffres, nous avons à présent 28 bateaux piratés et 664 otages. C’est un grand problème pour nous mais en tant que force navale nous n’allons pas pouvoir résoudre ce problème uniquement par nous-mêmes. Le problème ne sera pas résolu en mer ! Ce sera résolu à l’intérieur de la Somalie, lorsqu’ils auront un gouvernement opérationnel et des lois dans le pays.

Est-ce que quelqu’un est en train d’essayer de résoudre le problème des otages ? Y a-t-il actuellement des négociations pour tenter de libérer ces personnes captives ?
 Il y a des négociations en cours par rapport à tous les bateaux (piratés). Cependant, en tant que Force navale, nous ne nous impliquons dans aucune négociation. C’est entre la compagnie d’assurances, le propriétaire du bateau (armateur) et les pirates.

Comment avez-vous appris l’attaque du MV Blida par les pirates ?
Nous avons un système qui permet de signaler la position du bateau et lorsqu’il  (l’équipage) suspecte des activités de piratage dans la région, il a ainsi le moyen de nous le faire savoir. Dans le cas du MV Blida, cela nous est parvenu par cet intermédiaire, qu’il (le bateau) faisait l’objet d’une attaque et qu’il était piraté. 

Quel est le statut actuel du MV Blida ? Avez-vous des informations sur sa position actuelle ?
Je ne sais pas où il se trouve en ce moment, mais historiquement, ce qui est arrivé à d’autres bateaux dans le passé, est qu’ils ont été pris vers la côte Est de la Somalie, pour y être ancrés à cette position puis, les négociations continueront ou débuteront entre la compagnie d’assurances, les propriétaires du bateau et les pirates.

La piraterie en Somalie semble organisée. Les pirates ont-ils un QG à partir duquel ils entrent en contact avec les compagnies d’assurances ? Comment opèrent-ils ?
Je ne pense  pas qu’il existe un QG central. Je crois qu’il y a plusieurs tribus, plusieurs groupes de pirates tout au long des côtes somaliennes... On ne sait pas s’ils coordonnent (leurs attaques) ou pas mais il n’y a pas le moindre QG de pirates connu.

Quelle est la dimension de votre flotte ? Cela est-il suffisant pour assurer une sorte de sécurité dans la région ?
 Elle est variable. On peut disposer de 12 bateaux avec un minimum de 5 à 6 bateaux, cela dépend de la météo dans la région. En ce moment, nous avons 6 bateaux. C’est suffisant pour assurer notre rôle qui est de protéger les bateaux du Programme alimentaire mondial, lorsqu’il y a un bateau chargé de nourriture en direction de la Somalie. Nous avons certainement dans ce cas des moyens suffisants pour assumer notre rôle.
 
Avez-vous eu des accrochages avec les pirates ?
 Nous avons escorté 92 bateaux du Programme alimentaire mondial et une seule fois les pirates avaient tenté d’attaquer un bateau mais sans succès.

Avez-vous atteint un niveau satisfaisant de coopération avec les autres forces navales présentes dans la région ?
 Nous avons un très très haut niveau de coopération avec les forces navales de Nato, CMF (Combined Maritime Forces, sous commandement américain) mais aussi avec d’autres nations comme la Russie, la Chine, l’Inde. On se rencontre régulièrement, toutes les huit semaines dans un grand meeting à Bahreïn pour discuter de tous les aspects de la lutte contre la piraterie. Nous avons une bonne coordination avec les autres forces navales anti-pirates.

Pensez-vous que la négociation est une meilleure approche que l’intervention militaire dans les cas de piraterie ?
On ne participe pas aux négociations en ce qui nous concerne. Lorsqu’un bateau est piraté, cela devient l’affaire de la compagnie d’assurances, des propriétaires du bateau et des pirates. Ce que l’on ne veut pas faire, c’est d’interférer avec ces négociations et on ne veut certainement pas risquer de nuire aux otages. C’est notre approche pour ne pas porter atteinte à la sécurité des otages. Ce qui est arrivé dans le passé est que si l’on s’approche trop des bateaux piratés, ils (les pirates) menacent de tuer les otages. On laisse cela aux négociateurs, de trouver une solution.  ( Dans Liberté 08/01/2011)

 

 

 

 

[Aps 6/1/11]  ALGER- Le ministre de la justice, garde des sceaux Tayeb Belaiz a affirmé jeudi à Alger que l'Algérie "n'est pas encore en possession d'informations précises sur l'identité des auteurs de l'acte de piraterie qui a visé le vraquier "MV BLIDA", ni de "données suffisantes pour intenter une action en justice". Dans une déclaration à la presse, en marge de la séance plénière du Conseil de la Nation consacrée aux questions orales, le ministre a indiqué que l'Etat "ne peut pas prendre des positions et des décisions sur la base d'informations non confirmées" et pourrait "en cas d'obtention de preuves introduire une action en justice devant les instances compétentes". Les pays arabes, a-t-il dit, préparent une convention sur la piraterie.
A une question sur la position de l'Algérie dans le cas ou les pirates demanderaient une rançon, le ministre a déclaré que "l'Algérie est le premier pays à avoir demandé, devant l'assemblée générale des Nations Unies, la criminalisation du paiement de la rançon aux criminels et aux kidnappeurs". Le paiement de la rançon, a-t-il poursuivi, signifie "l'encouragement des criminels et le financement du terrorisme sachant que l'on ne peut sauver la vie d'une personne contre la mort de millions d'autres", rappelant que la dernière réunion des ministres arabes de la justice a adopté une recommandation dans ce sens.

 

Il est temps d'envoyer une frégate de la marine nationale pour lutter contre ce fleau, pour justifier au moins les 6 milliards $ de budget annuel de la défense.

 

 

 

Soulagement : les membres de l'équipage du navire "MV BLIDA" sont "sains et saufs", a indiqué mercredi soir le directeur général  de l'armateur du vraquier, l'International Bulk Carriers (IBC), Nacereddine  Mansouri. Certains d'entre-eux ont même pu "contacter mercredi leurs familles", rapporte encore à l'AFP le premier responsable d'IBC.  

Cependant, "la société CTI, qui a affrété le navire, a pu joindre le commandant  du vraquier, qui a confirmé que ce dernier a été bel et bien victime d'un acte  de piraterie", a-t-il encore révélé. C'est dire donc que tous les membres de l'équipe, et parmi eux les 17 marins Algériens, sont détenus par des pirates somaliens.  

Par ailleurs, dans un communiqué rendu public mercredi, le ministère ukrainien des Affaires étrangères s'est montré également rassurant en confirmant que l'opérateur du navire a réussi à contacter, pour la  première fois, le capitaine ukrainien du bateau qui a assuré que tous les marins  étaient "sains et saufs".

En effet, le capitaine ukrainien du navire avait indiqué à son opérateur   grec Sekur Holding Inc qu'"aucun membre d'équipage n'avait été blessé" lors de l'attaque des pirates et que l'état de santé des marins "était satisfaisant",   selon le ministère ukrainien des Affaires étrangères.      

En revanche, les tentatives d'entamer des négociations avec les pirates "n'ont pas encore abouti", précise encore le ministère ukrainien qui confirme des lors que des pourparlers ont été entamés officiellement ces derniers jours avec les pirates somaliens.   Mais l'Algérie a-t-elle été associée à ces négociations ? A Alger, le ministère des Affaires Etrangères n'a donné encore aucune information à ce sujet.   

(Alger El Watan.com06/01/11)

 

 

 

 

C'est officiel. Malgré sa disparition mystérieuse, les autorités algériennes savent où se trouve actuellement le navire MV Blida. Mais pour l'heure, personne quel a été le sort de ses 27membres d'équipage dont 17 Algériens. 

"Nous savons où le navire est, à tout moment, car nous avons au niveau  du ministère le système COSS (un dispositif de veille pour la sûreté et la sécurité  des navire) qui nous permet de situer le bateau", a expliqué mercredi à Alger, le ministre Transports, M. Amar Tou en marge d'une journée parlementaire sur la prévention routière. blida-attack-posn.jpg

"Nous pouvons même grâce à ce système obtenir toutes les informations  sur le navire et son inscription parce qu'il est enregistré à travers le monde.  Nous pouvons le faire parce que les pirates n'ont pas encore coupé le système  de communication qui est à bord du navire", a-t-il encore précisé.

Cependant, "nous n'avons pas de contacts avec les auteurs de l'acte de piraterie,  pace qu'ils ne communiquent pas", a assuré Amar Tou. C'est dire donc qu'aucun contact n'a été établi avec les auteurs de l'acte de piraterie dont a fait  l'objet, le 1er janvier, le vraquier battant pavillon algérien MV BLIDA. (Alger in El Watan 05/01/2010)

  "A noter que ce ministère des transports ne dispose même pas d'un sîte web"

 

 

 

PRISE D’OTAGE DU NAVIRE BLIDA: L’angoisse des familles 


Une femme quitte le siège de l’entreprise IBC, filiale de Cnangroupe, à Hydra. Effondrée, le visage pâle, elle tient à peine debout et est soutenue par deux proches. L’épouse d’un des 17 marins algériens retenus à bord du vraquier le Blida au large du port du sultanat d’Oman et habitant la place du 1er -Mai à Alger, est installée dans un véhicule qui démarre en trombe. Depuis qu’ils ont appris la nouvelle par le biais de la presse, les familles et les amis des marins vivent une angoisse permanente, surtout en l’absence d’informations. La plupart d’entre eux résidant dans d’autres wilayas n’avaient pu rallier hier Alger pour obtenir des informations de la direction d’IBC.
Alors que deux femmes de marins déjà arrivées hier matin au siège d’IBC sont reçues par le directeur général de la filiale de la Cnan, un groupe de marins sont regroupés dehors. Encore sous le choc de la terrible nouvelle, ils expriment leurs inquiétudes pour leurs amis retenus en otages. «Nous sommes aussi leur famille, nous avons connu avec eux les mêmes conditions difficiles de la navigation pendant plusieurs mois loin de nos familles. Nous avons appris la nouvelle par la presse et nous sommes encore sous le choc», confie un marin venu de Dellys. En parlant des 17 marins du Blida, il ne peut s’empêcher, ainsi que ses compagnons de revenir sur les conditions de vie à bord des navires qui, selon eux, sont souvent insupportables. «Cela fait 25 ans que je sillonne les mers et les océans, et nous vivons toujours un quotidien ardu», dira le marin dont les déclarations sont approuvées par ses compagnons. Quand les deux femmes de marins du Blida quittent le siège d’IBC après avoir été reçues par le directeur général de la filiale, les personnes regroupées près du siège s’écartent et les regardent s’éloigner, anéanties, et entourées de membres de leurs proches. «Les autres familles vont aussi venir aux nouvelles, elles habitent d’autres régions du pays, la plupart n’ont appris la triste nouvelle que ce matin», commente un marin. Les familles n’avaient en fait pu, hier, que glaner très peu d’informations de la direction de la filiale du fait que son premier responsable a expliqué qu’il était sans nouvelles du vraquier retenu par les pirates somaliens. «Nous n’avons, à ce jour, aucune nouvelle du vraquier et pas de contact avec les pirates. Nous avons toutefois pris immédiatement attache avec les familles pour une aide psychologique» a déclaré M. Mansouri, directeur général d’IBC. Il ajoutera, par ailleurs, que l’équipe de la filiale a bon espoir de récupérer sains et saufs tous les marins du Blida pris en otages, au vu des méthodes utilisées par les pirates. En attendant, les familles n’ont d’autre choix que de gérer au mieux l’angoisse de l’attente des nouvelles venues du Blida. (Alger. Le Soir d'Algérie 04/01/2011 par
F.-Zohra B.)

 

 

 

Cellule de crise au ministère

 Une cellule de crise a été installée au ministère des affaires étrangères, en  concertation avec la direction de la CNAN et le groupe Jordanien. Aucune de ces parties n’a encore voulu s’exprimer sur cette affaire dans l’attente  vraisemblablement des revendications qui seront formulées par les ravisseurs du bateau. "Aucun contact n’a été établi avec les pirates depuis samedi ». « Les moyens de communications sont coupés et à l’heure où je vous parle, aucun contact n’a été établi avec le navire ", a déclaré Nacer Mansour à la radio  ( Alger 03/01/2011 Radio nationale)

 

 

Une cellule de crise c'est au moins une ligne téléphonique pour les plus concernés par ce drame à savoir les familles des 17 marins se trouvant à bord du vraquier "Blida", j'ai beau tourné et retourner le sîte du ministère des affaires étrangères(mae.dz) rien, zero..comme d'hab.

 

 

 

Le réveil est amère ce dimanche 02 janvier 2011, en effet  toutes les dépêches de presses  reprennent le détournement du céréalier algérien le "Blida" par des pirates somaliens, j'espère de tout coeur que rien n'arrivera à l équipage.

 

 

In the afternoon of 1 January, the MV BLIDA was pirated approximately 150 nautical miles South East of the port of Salalah, Oman.

The 20,586 tonne Bulk Carrier is Algerian flagged and owned. The vessel was on her way to Dar es Salaam, Tanzania from Salalah in Oman at the time of the attack. No further details of the attack are known at this stage. MV Blida has a crew of 27 (Algerian, Ukrainian and Philippino) and is carrying a cargo of Clinker. MV BLIDA was registered with MSC(HOA) but had not reported to UKMTO.

There are now 28 vessels and 654 hostages being held by pirates off the coast of Somalia.

Source: EU NAVFOR

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

behri16 09/05/2011 20:11



Salam,a l heure ou nous combattons la hogra,les dirigeants d IBC a leur tete le roi des voyous Mansouri a débarque tout l equipage de l Ain Temouchent car ils ont refuse de naviguer et de suivre
les memes routes que le malheureux BLIDA qui a l heure actuelle le sort des marins en otage reste incertain,qui me repondre si ces marins percoivent leurs salaires ou des indemnites  pour
que leurs familles survivent


en ces temps si durs.


Ces marins ont toute ma sympathie et mes voeux de retouir parmi leurs familles


incha allah,ya rebbi que les pourris payent un jour



sailor 19/04/2011 15:49



salam alikoum si vrie la vavigation on 80 si belle navigation ..mais maintenant je suis alondre depuie 14ans meme ghorba makayan walo walo koulach tbadal



lemarin 10/04/2011 22:03



salem,oublie  l'histoire de la cnan,c'est du passer je vous conseilez sauvez de l'algerie, les vrais marins sont tous partent de ce bled de merde pour ne plus voire ces corompuer de
merde,ils sont tous pareil, et tourner la page la navigation des 80 c'est fini fini fini


el harba tselek ha touma ha bledkoum koulouh rahi likoum,



behri16 01/04/2011 13:35



khouya Slimane


Mr Mansouri l a deja echappe belle dans l'affaire du Tebessa en 1990,Adem a paye a sa place,tu connais tres bien l'histoire...


Je ne comprends pas comment l'Etat laisse un voyou comme Mansouri occuper un


poste de cette envergure et parler a des journalistes au nom des marins;


Ce Mansouri est un résumé du code pénal...Toute cette situation c'est la Mafia


de HABCHI qui la provoqué en nommant tous ces amis a l'Etranger contre un pourcentage du salaire tu le sais bien et des DG aux differents postes actuels.


Yerhem echouhadda,Vive l Algérie.



slimane 29/03/2011 23:39



bonjour a tous aujourduit je repont  a behri  monsieur qui conait pas monsouri  a la cnan  le jour ou il a pris ibc il et rester des mois dans les couloir a atendre que
boumbar soi clement avec lui mansouri  a ete mis  de coter et boumbar la repris comme  premier responsable de ibc  avec  les directive  du sindicat  cest un
rater dans son travaille ou dans sa vie priver lhistoire de mansouri et  cest un cochmar pour la cnan et plus  normalment il et dans la prison pour tous se quil a fait monsieur cest
ca  la cnan en ramace les nul pour en faire des responsable pour les utuliser des gent comme ca avec un entecedent comme ca boumbar les a utuliser  pour faire ca fortune
daujourduit  monsieur  behri  les responsable de la cnan en mis dehord  des centaine de marins  avec  le chontage de prendre les 15 mois de salaire sinon rien aprez
que pensser vous monsieur behri moi je pensse  que perssonne ne va rien faire pour ces marin ni aujourduit ni demain  et pour ca les responsable de la cnan son entrin de ramaser le
maximome dargent comme  chaque societe nacionale moi jai pleurer les marins de la cnan juisqua aujourduit jaicrit au president et a tout responsable  de letat que je voie quil et un
peux algerien  monsieur bahri je pensse que vous ete plus  algerien que moi et vous ete marin avand tous  les marin en les aime pas en algerie  moi jai fait 32ans a la cnan en
mais les a changer contre 15 mois de salaire  ou et la justice  moi je demande a tout marin  de la cnan qui a ete compresser de faire une greve de la finjusqua que le president
nous resoit dans  ces bureaux pour dire tous ce qui cest passer et tous ce qui ce passe aujourduit  mais pas a  siege du sindicat bahri mansouri  et lami du  president
general du sindicat natinale  alors qua tu a dire de ca  moi je demande que en doit ce reunire ensamble pour fair une greve de la fin jusqua ou en fait  rentre boumbar et snoussi
dans la prison de serkadji la je serait lhomme le plus heureux de lagerie  et la je sorait quil ya une justice  tous ca pour les fammille des marin qui ete campresse   a
bientaux que dieux vous garde de ces gents la ;