Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
elmouja- la vague

2011 et le secteur maritime en Algérie

20 Décembre 2011 , Rédigé par Gildon Publié dans #news

 

 

Bonne année 2012


 assegwas ameggaz 

 

عام سعيد

 

santé et prospérité à tous


 

Disparition du chalutier "El Khalil"

 

Ce chalutier a certainement coulé, l'agence de presse APS nous apprends qu'un deuxième corps ( Allah yarhemou) a été découvert  sur la plage  du Club des pins, il reste encore  a trouvé la trace des 6 autres membres d'équipage.

Des questions vont évidemment être poser.

Ce chalutier avait -il une balise de détresse?

A t-il était éperonné par un navire de commerce? ce qui est à mon sens la raison la plus plausible en vu  des lieux ou les premiers corps ont été repêchés ( à plus de 250 km de Ténès), l'administration algérienne doit ouvrir au plus vite une enquête et de faire appel à toutes les autorités portuaires internationales pour  trouver le coupable car un telle collision laisse généralement des traces sur un navire.

 

 

 

CHLEF ( APS)- Le corps d’un deuxième pêcheur du chalutier "EL Khalil" porté disparu vendredi dernier en mer avec à son bord huit marins a été découvert dans la nuit de mercredi à jeudi sur la plage du "Club des Pins", à l’ouest d’Alger, a-t-on appris auprès de la cellule de crise mise en place à Ténès.

Le cadavre a été formellement identifié comme étant celui de Yahyaoui Ahmed âgé de 41 ans, a précisé la même source.

Le premier corps, repêché mardi dernier sur la côte de Bouharoun (40 km à l’ouest d’Alger), à été inhumé mercredi à Ténès dans un climat de grande tristesse.

Le chalutier "El Khalil" a disparu après une sortie en mer jeudi au large des côtes de Chlef (200 km au sud-ouest d’Alger).

   

 


 

(APS) lundi 2 janvier 2012 17 : 18
Aucune trace du chalutier disparu au large des côtes de la wilaya de Chlef après 4 jours de recherches (responsables)

CHLEF- Aucune trace du bateau de pêche "El Khalil TN 45", porté disparu, depuis vendredi dernier, au large des côtes de Chlef, avec huit marins à son bord, "n’a été décelée" après 4 jours d’intenses recherches effectuées par la marine nationale, a-t-on appris lundi auprès de responsables de la direction de wilaya de la pêche et des ressources halieutiques.

Outre les moyens de la marine nationale, une cinquantaine de chalutiers et de sardiniers participent également aux recherches, par solidarité, ont indiqué les même responsables qui font état de l’arrivée, sur les lieux, du bateau scientifique "Grine Belkacem " nouvellement acquis par l’Algérie.

"El Khalil TN 45", un bateau de 18 mètres de long en service depuis les années 1980, est sorti en mer, jeudi dernier, au large de la côte ouest du littoral de la wilaya de Chlef pour pêcher la crevette, selon des pêcheurs de la ville côtière de Ténès qui qualifient cette disparition " d’inexplicable" du fait de l’expérience de l’équipage et de l’absence totale de trace du chalutier en question.

Ils n’arrivent pas notamment à expliquer les faits "qu’aucun appel de détresse n’ait été lancé par l’équipage" et qu’ "aucun objet du bateau tel que les casiers en plastique ou les bouées de sauvetage, pourtant flottantes, n’aient été retrouvés, dans le cas où le chalutier aurait échoué".

De nombreuses interrogations demeurent jusqu’ici sans réponses, notent à cet égard les pêcheurs qui affirment n’avoir effectué aucune sortie en mer depuis l’annonce de cette disparition.

En attendant des nouvelles du chalutier à bord duquel se trouvaient huit marins, dont trois frères de la famille Boumediene, des pêcheurs de père en fils, ainsi que l’armateur, Mostefa Abdelkrim, et quatre autres marins, la population de Ténès vit dans l’expectative, guettant la moindre nouvelle.

 

                                            

 

  Algérie:

disparition d'un chalutier au large des côtes de la wilaya de Chlef


le 01.01.12 El Watan avec APS

  Un chalutier, avec à son bord huit marins dont trois frères, est porté disparu, depuis vendredi dernier, au large des côtes de la wilaya de Chlef, a rapporté  dimanche 01 janvier l'aps, citant des pêcheurs de la ville côtière de Ténès.

Le chalutier a disparu après une sortie en mer jeudi après midi, ont-ils indiqué, affirmant que le mauvais temps serait la principale cause de cette disparition, sachant qu'une sortie en mer de ce genre d'embarcation peut  durer 24 heures.

Des recherches sont entreprises par la marine nationale qui a mobilisé tous les moyens, dont des hélicoptères, pour retrouver cette embarcation, signale-t-on de même source en relevant qu'aucune trace de ce chalutier n'a encore été décelée.

 

 

 

 

 

 

Bref retour maritime sur cette année 2011  vu par la presse nationale.

 

Gens de mer

MV-Blida.jpg


2011 une année tragique pour les marins algériens specialement pour l'equipage du vraquier algerien "Blida"  capturé au début de l'année au large d'Oman alors que le navire faisait route vers Dar es Salam en Tanzanie, sont équipage 17 algériens, 6 ukrainiens, 2 philippins, un jordanien et un indonésien sont resté 11 mois dans le désarroi le plus total.

 

 

 

 Métiers de la mer


2e édition du Salon international des activités maritimes et du littoral : Métiers de la mer un banc d’opportunités

La deuxième édition du Salon international des activités maritimes et du littoral « Simmer 2011» a ouvert, hier, ses portes au pavillon « G », au niveau du Palais des expositions.
elmoudjahid 10/04/2011

  La deuxième édition du Salon international des activités maritimes et du littoral « Simmer 2011» a ouvert, hier, ses portes au pavillon « G », au niveau du Palais des expositions. Organisé du 10 au 13 avril, par l’agence de communication Fomexpo, en partenariat avec la Safex, cette manifestation se veut une aubaine pour les professionnels du secteur maritime pour découvrir les nombreux métiers qui existent dans ce domaine et les opportunités d’investissements et de création d’emplois.
Pour cette année, le Salon a regroupé quelque 25 exposants, spécialisés dans l’activité maritime, dont une dizaine de sociétés étrangères de notoriété internationale de France, de Belgique, de Suède et de Liban. Placée sous le slogan « pour un partenariat durable », le Salon a été caractérisé par l’absence flagrante des grandes entreprises nationales, versées dans le secteur maritime telles les sociétés portuaires, de pêches et d’aquacultures.
Pour Mohamed Saf, directeur du Salon « l’absence des grandes entreprises nationales demeure une énigme, aucune entreprise portuaire, aucune compagnie maritime, ou entreprise de travaux maritimes ou de réparation ne participent à cette 2e édition bien qu’elles aient  été contactées par les multiples canaux de communication disponibles ».
M. Saf, s’est même interrogé sur la présence d’une stratégie de communication et de marketing, au sein de ses entreprises qui selon lui « ne veulent pas communiquer et faire découvrir aux  visiteurs de l’événement les activités maritimes en Algérie ». Déçu par l’attitude des entreprises contactées, il va jusqu’à s’interroger sur l’existence d’activités maritimes en Algérie  L’organisateur prévoit d’accueillir quelque 1.000 visiteurs professionnels durant la période du Salon.
En marge du Salon, les organisateurs prévoient l’animation de plusieurs conférences ayant trait à la formation maritime et les métiers de la mer, le génie maritime dans le développement du secteur, et la sécurité du marin à bord du navire de pêche, ainsi qu’au projet de réalisation d'une aire maritime protégée et intégrée au parc national de Taza, dans la wilaya de Jijel.

 

 

 

Activité portuaire


Baisse de près de 2% du trafic en huit mois

( dans El Moudjahid 09/10/2011)

Le volume des marchandises ayant transité par les ports commerciaux algériens a atteint 84,7 millions de tonnes (MT) durant les huit premiers mois de 2011, contre 86,3 MT durant la même période de 2010, en baisse de 1,94%

Le volume des marchandises ayant transité par les ports  commerciaux algériens a atteint 84,7 millions de tonnes (MT) durant les huit  premiers mois de 2011, contre 86,3 MT durant la même période de 2010, en baisse  de 1,94%, indique un bilan de la Société de gestion des participations des ports  (SGP-Sogeports). Les marchandises importées se sont établies à 29,3 MT durant les huit  premiers mois de l'année en cours, contre 27,2 MT durant la même période de  l'année précédente, soit une hausse de 7,60%, selon ce rapport. Les marchandises exportées s'inscrivaient, quant à elles, en baisse  de 6,35% à 55,3 MT du 1er janvier à fin août 2011 contre 59,08 MT durant la  même période de l'année 2010, précise la même source. Le trafic de conteneurs a augmenté de 19,21% à 755.026 unités de  janvier à fin août 2011 contre 633.361 conteneurs durant la même période de  l'année 2010. Les dix ports commerciaux de l'Algérie ont enregistré une progression  du trafic de céréales de 13,50% à 8,1 MT durant les huit premiers mois de l'année  2011 contre 7,1 MT à la même période de l'année 2010. Quant au trafic des hydrocarbures, il a atteint 58,7 MT de janvier à  fin août 2011 contre 61,2 MT durant les huit premiers mois de l'année précédente, en retrait de 4,02 %.         
Le trafic de marchandises en vrac liquides, selon le bilan de Sogeports, s'est réduit de 3,86% pour s'établir à 60,5 MT contre 62,9 MT durant les deux  périodes de référence. Le volume des marchandises en vrac solides a pour sa part enregistré  une hausse de 4,43 % de janvier à fin août 2011 atteignant 12,7 MT contre  12,2 MT durant les premiers mois de l'année précédente. Les dix ports commerciaux gérés par la SGP-Sogeports sont ceux d'Alger,  Annaba, Arzew (Oran), Béjaïa, Djendjen (Jijel), Ghazaouet (Tlemcen), Mostaganem,  Oran, Skikda et Ténès (Chlef).

 

Techniques maritimes.

 

Navigation maritime : A l’ère du numérique

L’appel sélectif numérique sera introduit et généralisé sur les bateaux algériens à partir de janvier 2012.
(El Moudjahid  10/11/2011)boufarik-radio.jpg

L’appel sélectif numérique  sera introduit et généralisé sur les bateaux algériens à partir de janvier 2012. Ce mode d’appel pour signaler une situation de danger par exemple fait partie d’un système global connu par les professionnels de la mer sous l’appellation : Système Mondial Détresse et Sécurité en Mer ou SMDS. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un système international qui utilise des moyens de télécommunications pour la recherche et le sauvetage en mer et la prévention des accidents maritimes. Parmi ces moyens le VHF marine. Il s’agit d’une sorte de boîtier muni d’un bouton rouge qu’actionne le marin en difficulté. Immédiatement le signal est reçu par une station côtière, une sirène qui se déclenche et ne s’arrête que s’il y a un accusé de réception qui prouve que l’appel a été reçu… encore mieux, cette radio VHF installée sur le bateau a son propre numéro d’indentification qu’aucun autre navire ne peut avoir. Ainsi en cas d’appel, ce numéro s’affiche sur les récepteurs des centres de secours qui immédiatement sachent à quel genre de navire ils ont affaire… Des informations précieuses, vitales quand il faut réagir dans l’urgence pour porter secours dans une mer démontée par

                                                                                                                (photo un accusé de reception de Boufarik Radio, l'un des derniers)

exemple. On le devine, une fois installée sur un navire, il ne servira que pour cette embarcation et ne peut être installée et utilisé sur un autre bateau.
Une autorisation est nécessaire pour l’utilisation de cette radio VHF. Ce document qui détaille les équipements à bord est attribué avec un numéro unique qui est délivré par l’Agence Nationale de Radionavigation Maritime dont les bureaux se situent au ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. La différence fondamentale entre l’ancien système et le nouveau  tient en réalité, aux structures qui vont recevoir en premier, l’appel de détresse ce qui aura fatalement un effet sur le temps de réaction. Dans le système traditionnel celui qui reçoit l’appel peut soit porter secours, soit le relayer afin de déclencher les opérations de recherche et de sauvetage. Dans Le Système mondial de détresse et de sécurité en mer, où  à tout moment un bateau en difficulté entre immédiatement et directement en  contact avec les autorités à terre qui sont chargées de coordonner les opérations de recherche et de sauvetage dans leur zone de responsabilité.stcw-gmdss.jpg
Bien sûr, de nos jours les téléphones cellulaires (portables) ont révolutionné notre manière de communiquer. De nombreux bateaux se limitent au « portable ». Certes, c’est un outil, précieux.. Mais les professionnels indiquent que ces téléphones ne permettent pas un accès, en cas de besoin, au réseau de radiocommunication de sécurité. L’absence de couverture, de réseau en mer dans une situation d’extrême gravité impose de fait la radio VHF qui fonctionne sur des fréquences communes et permet en permanence un accès direct sur un réseau qui n’est jamais saturé.
M. Koursi


(photo le certificat GMDSS algerien conforme à la STCW)

 

Accident maritime


Incident du “tassili II” au port d’oran. L’ENTMV admet l’erreur humaine

(Liberté 01/11/2011)

   C’est un P-DG de l’Entreprise nationale du transport maritime des voyageurs perturbé et hautement préoccupé qui s’est exprimé, hier à Alger, sur l’accident du car-ferry “Tassili II”, survenu la veille, au port d’Oran.tassili II
Cet accident est dû à une “faute humaine”, reconnaît M. Ahcen Grairia, qui se réfère au rapport du commandant de bord. Le rapport en question, qu’il a exposé hier devant les journalistes, à l’occasion de sa conférence de presse improvisée, fait état d’une “erreur” commise par le pilote du bateau, manquant d’aviser le commandant de bord avant d’ordonner aux remorqueurs du port de larguer les amarres. “Le pilote a pris l’initiative (de ‘lâcher’ le bateau des remorqueurs, ndlr), sans demander mon avis (…)”, lit-on dans le rapport de mer du commandant adressé à la direction générale.
À ce moment précis, explique le P-dg, la barre du car-ferry était alors libre, ce qui fait que le bateau aura navigué seul pour percuter un rocher immergé près de la jetée du port.
Ce choc a engendré une avarie à une des deux hélices du bateau (précisément l'hélice bâbord). Appareillé du quai de Gênes du port d’Oran à “18h33”, le car-ferry de l’Entmv à destination de Marseille a été contraint de rebrousser chemin, sous l’ordre des gardes-côtes, à “une heure de la passe du port”. Heureusement qu’il y a eu plus de peur que de mal pour les passagers à bord. D’une capacité de 1 300 places, le bateau transportait exactement “438 passagers et 208 véhicules”, précise M. Grairia qui s’en prend à certains confrères qui ont cité, dans leurs éditions d’hier, le nombre “exagéré” de “2 500 passagers”. “Sachez que le meilleur de nos bateaux (“Tariq Ibn Zyad”, “El-Djazaïr” et “Tassili II”, ndlr) atteint une capacité de transport de 1 310 passagers. Alors, d’où ramenez-vous ces informations ? Franchement, vous dites n’importe quoi !” a dénoncé
M. Grairia contre des titres qui en ont fait leurs manchettes hier, et auxquels il reproche “leur manque de professionnalisme”. Ne dissimulant pas leur colère, le premier responsable de l’entreprise et ses adjoints qualifient ces manchettes de “sensationnelles et d’alarmistes”.

 

Sécurité maritime


Voici un résumé des inspections maritimes subient par les navires algériens durant cette année 2011. La palme revient aux cars ferries de l'Entmv et au pétrolier de Nolis du grouipe cevital.

 

 
Name 
 
Age 
 
Date of Inspection 
 
Port of inspection 
 
Number of Deficiencies 





RHOURD EL FARES 1 12/12/2011   Livorno 2
BERGA II 1 25/11/2011   Naples 2
RHOURD EL ADRA 5 10/11/2011   Livorno 2
SERSOU 30 09/11/2011   Hoyanger 1
TEBESSA 35 09/11/2011   Marseille (GPM) 3
TELEGHMA 33 27/10/2011   Marseille (GPM)  
TARIQ IBN ZIYAD 16 14/09/2011   Marseille (GPM) 10
IBN KHALDOUN II 34 13/09/2011   Antwerp 2
DJURDJURA 35 04/08/2011   Antwerp 4
EL DJAZAIR II 8 01/08/2011   Alicante 5
TAMGOUT 17 14/07/2011   Lisbon 5
MAZAFRAN IV 29 13/07/2011   Genoa 1
RAMDANE ABANE 32 21/06/2011   Isle of Grain 9
RHOURD EL HAMRA 4 15/06/2011   Naples  
RAS TOMB 6 31/05/2011   Tarragona 3
TASSILI II 8 03/05/2011   Marseille (GPM) 10
AIN ZEFT 4 30/04/2011   Tarragona 1
IBN SINA II 33 29/04/2011   Antwerp 1
TARIQ IBN ZIYAD 16 29/03/2011   Alicante 22
IBN SINA II 33 28/02/2011   Antwerp 2
MOURAD DIDOUCHE 33 28/02/2011   Brest  
RAMDANE ABANE 32 28/02/2011   Huelva 11
TAMGOUT 17 25/02/2011   Huelva 16
SIDI BRAHIM 6 03/02/2011   Genoa 10
BACHIR CHIHANI 37 19/01/2011   Brest  

 

 

L'armée s'equipe

 

  4 hélicopters Super Lynx pour le sauvetage en haute mer

   (dans l'Expression du 21/05/2011.)

 

Le commandement des forces navales «a acquis récemment 4 hélicoptères Super Lynx», a affirmé le porte-parole de cette institution militaire, le commandant Kaddour. dzsuperlynx.jpg

 

Après la catastrophe vécue lors du naufrage du navire Batna et l’échouage du Béchar, survenus, pour rappel, lors de la violente tempête qui a frappé les côtes algéroises le 13 novembre 2004, pour le manquement à son rôle de sauvetage, le Centre national des opérations de secours (Cnos) a été pointé du doigt. Le commandement de la façade maritime semble tirer des renseignements liés à ce drame. «La Marine algérienne a acquis déjà 4 hélicoptères sur une douzaine commandées», selon le même responsable. Ils sont de type «Super Lynx» et sont fabriqués par une société italo-britannique.

 

Outre la recherche et sauvetage en haute mer, cet hélicoptère polyvalent peut assurer les missions de lutte anti-navire et anti-sous-marine ainsi que le transport de charges. Ce n’est pas tout. La marine nationale, qui loue jusqu’ici les prestations des remorqueurs de la Cnan pour ses différentes opérations d’accostage, «va également acquérir prochainement 4 remorqueurs», a précisé la même source.

Partager cet article

Commenter cet article

ZOUBIR 23/12/2011


je remercie tout dabord d'avoir évoqué la sécurité de la vie humaine et des biens en mer. Je tiens uniquement à ajouter à votre commentaire que le SMDSM "Système Mondial de Détresse et
de Sécurité en Mer" ne se limite pas seulement à la VHF mais à plusieurs équipements tels que la MF-HF-Inmarsat (satéllite)- RLS.Ce système oeuvre pour la précision, la rapidité
et l'éfficacité.je tiens à ajouter que le SMDSM est rentré en vigueur en algérie le 2 février 1999.   


 

barberousse 27/12/2011



Les ports algériens entre tchipa et bateaux en rade



Ces poumons bouchés



Les ports constituent le poumon de chaque pays en ce sens qu’ils sont censés être des générateurs de valeur ajoutée, et quand ces enceintes — portes ouvertes sur l’extérieur —connaissent une
activité débordante, c’est que tout va dans le meilleur des mondes.
D’ailleurs, combien de chefs de gouvernement commencent leur journée de travail en balayant du regard la baie d’Alger, de leur fenêtre ? Certains s’amusent même à compter le nombre de navires en
rade !
Autant de navires que de surestaries à payer à cause d’une mauvaise programmation d’arrivée, de passe-droit pour donner l’autorisation d’entrée au quai à tel bâtiment plutôt qu’au premier arrivé,
un vrai-casse tête chinois qui a compliqué la gestion de ces entreprises portuaires : entités stratégiques, mais véritables nids de vipères.
Ceci pour le constat d’une situation qui a régné durant plusieurs années avec des dockers travaillant au jeton, un statut d’entreprise obsolète. Résultat : une activité modeste au gré des moyens
financiers pour assurer l’importation de produits nécessaires et primordiaux. Des poumons bouchés par une asphyxie émanant de toutes parts.
L’arrivée de Dubaï World Ports pour la gestion du terminal à conteneurs, si elle a fait grincer bien des dents et fait des mécontents, doit apporter les preuves du bon choix par une gestion autre
que celle qui avait cours. Pour cela, casser d’abord les anciennes pratiques comme la tchipa, les passe-droit, le travail en continu, le retour au travail selon le week-end universel, adapter les
ports à une gestion normalisée et moderne.
Vaste programme de longue haleine pour peu que la volonté de bien faire par tous les intervenants suive. Le reste n’est que compétences faciles à trouver, sinon à former.

lyes 13/05/2012


parler de l'agence nationale de radionavigation maritime c'est parler des radiocommunications maritimes.


Cette agence nouvellement née est la plaque tournanate de la sécurité de la vie humaine en mer . faites un tour dans ses stations radio maritimes et vous verrez le noble travail que font ses
agents. BIen sur lorsqu une vie humaine est sauvé ou un navire est sauvé c'est toujurs le service natinal des gardes cotes mais n'oubliez pas qui donne la première information et qui recoit la
premiere alerte emanante du navire . L'agence natinale de radionavigation maritime est une agence qui travaille derriere l'ombre