Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
elmouja- la vague

Infos-Harraga - Boat people

22 Septembre 2007 , Rédigé par Gildon Publié dans #Au delà des mers




Le phénomène des clandestins prend de l’ampleur sur le littoral algérien, ils sont des dizaines au risque de leurs vies à prendre la mer pour rêver de l’eldorado européen.
Ici ces clandestins sont appèlés: "Harraga".

Mostaganem-" La Nouvelle République" 20/09/07 - A.M

Trois candidats à l’émigration clandestine arrêtés

Dans le cadre de la lutte contre l’émigration clandestine, les éléments de la gendarmerie nationale relevant de la brigade territoriale de la daïra de Sidi-Lakhdar, située à 50 km du chef-lieu de wilaya de Mostaganem, ont arrêté trois individus qui s’apprêtaient à embarquer au niveau du Petit-Port à bord d’une embarcation de pêche de 4,80 m de long et 1,77 m de large, équipée d’un moteur Suzuki de 30 chevaux et d’une jerrican de 20 litres de mazout dans la soirée du 12 du mois courant....

Oran-El Watan" 20/09/07-M.L.

Expulsion de 3 harraga d’Espagne

3 Harraga ont été expulsés d’Espagne, dimanche dernier, apprend-on auprès des services de la police. Il s’agit de A. N., âgé de 24 ans, Z. K., 23 ans et de T. A., 23 ans. Les deux premiers aventuriers sont d’Oran et le dernier de Chlef. Ces harraga se sont rendus en Espagne à bord d’une embarcation de fortune, avant d’être arrêtés dans ce pays et reconduits à Oran. Présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Seddikia, ces derniers, qui ont dissimulé leur identité, ont été placés sous mandat de dépôt pour fausse déclaration et émigration clandestine....




El Kala- "El Watan" 16/09/07- S.S.

Harraga en partance d’El Kala.
Une autre vague de boat people

Trois embarcations de harraga avec à leur bord 22 jeunes des différents quartiers d’El Kala ont quitté la côte à l’est de la ville, la Vieille Calle, Vergès ou Cap Rosa, dans la nuit de lundi à mardi derniers.

Ils ont minutieusement et discrètement préparé leur entreprise. Les parents, les copains et les voisins ont été pris de court. C’est en fait parce que l’aventure a échoué pour deux des embarcations que la nouvelle s’est propagée. L’une aurait été interceptée par les gardes-côtes algériens et l’autre, à cause d’une panne de moteur, a terminé sa course en s’échouant sur une plage du cap Ferrat (Bizerte), en Tunisie. Les sept occupants de la troisième ont pu rejoindre la Sardaigne d’où ils ont téléphoné pour rassurer leurs proches et prendre des nouvelles de leurs infortunés compagnons de voyage. Les clandestins récupérés par la marine nationale ont été écroués alors que ceux qui sont en Tunisie ont pu recevoir hier la visite de leurs parents à Tabarka. Ils seront remis en liberté incessamment. C’est la troisième vague de boat people qui part d’El Kala. La première a eu lieu le 7 janvier dernier avec cinq jeunes qui sont arrivés à bon port et même revenus de cette aventure. La seconde, il y a tout juste un mois, avec deux embarcations et quatorze personnes, est passée inaperçue, parce que le même jour les gardes-côtes et la gendarmerie, certainement au courant de quelque chose, avaient entrepris une vaste opération coup-de-poing contre les clandestins et ceux qui leur apportent de l’aide....



Annaba- "El Watan" 12/09/07- M.F.G.

Annaba : 114 harraga, dont 2 filles, secourus en 36 heures

Hier, les gardes-côtes de Annaba ont, encore une fois, secouru 9 harraga, dont 2 filles. Ils ont été interceptés à bord d’une embarcation de fortune à 2 miles des côtes annabies.

Cette opération de sauvetage est intervenue à peine vingt-quatre heures après l’opération de secours de 86 autres qui naviguaient à destination de la Sardaigne (Italie). Les mêmes gardes-côtes ont réussi une opération similaire dans la nuit du samedi à dimanche. Ils ont pu secourir 19 autres jeunes qui tentaient comme les premiers de rejoindre l’eldorado des côtes européennes. Agés entre 17 et 35 ans, ils sont originaires des wilayas de l’Est, principalement de Annaba. Ces jeunes harraga ont été embarqués moyennant 10 millions de centimes chacun. Pour ce faire, 13 embarcations ont été mises à leur disposition par des pseudos matelots. Cependant, grâce à un dispositif de contrôle étanche des frontières maritimes, cette importante « flotte » de harraga a été repérée au nord du cap de garde de Ras El Hamra de Annaba. Ils n’ont pas pu tromper la vigilance des gardes-côtes qui interceptent quotidiennement des embarcations à destination de la rive européenne. D’autant que la longueur de 10 m de chaque embarcation est apparente, visible de loin, d’où une localisation facile. Ainsi, les 114 jeunes immigrants clandestins ont pu regagner le quai du port de Annaba où ils ont été pris en charge. Ils ont également subi une visite médicale avant d’être entendus et présentés devant le procureur près le tribunal de Annaba.








 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article